conseils-et-astuces.fr
Image default
Culture / Evenementiel

Sylvie Laroche de l’Armée du Salut nous parle des débouchés en médiation culturelle

Notez cet article

Acteur principal dans le domaine de la culture, le médiateur culturel est un trait d’union entre le public et les œuvres qu’il tente de rendre plus accessibles. La médiation culturelle est un volet capital de l’art, du patrimoine culturel et de l’appropriation car permettant à une grande échelle de faciliter les échanges et de faire naître des vocations. Sylvie Laroche revient sur la formation en médiation culturelle et sur les possibilités qu’elle offre.

La médiation culturelle en quelques mots

La médiation culturelle est l’un des moyens utilisés par les associations pour faciliter l’intégration des migrants. En effet, ces nouveaux arrivants sur le sol français souffrent souvent de la barrière de la langue, de la culture ou encore de la discrimination et ont besoin de se familiariser avec la communauté d’accueil pour favoriser la compréhension. Après plusieurs actions notables dans le domaine socio-culturel et associatif, Sylvie Laroche Armee du Salut a dirigé pendant plusieurs années (de 2014 à 2019) l’antenne havraise de l’Armée du Salut. Au contact des plus démuni, elle a pris conscience de l’importance de la médiation culturelle pour faciliter le processus d’intégration et éviter la discrimination, la xénophobie, le racisme et les préjugés.

Outre la médiation linguistique qui use de la langue pour permettre aux communautés de pouvoir échanger entre elles, la médiation culturelle use du pouvoir artistique. En effet, elle met à l’œuvre des artistes sur le devant de la scène à travers la démocratisation culturelle à des fins éducatives, sociales, mais aussi ludiques.

Quel avenir professionnel après une formation en médiation culturelle ?

Le médiateur culturel a pour rôle principal de servir de passerelle entre les œuvres d’art de quelque nature qu’elle soit et le public. Son action consiste à élargir le champ d’action de la culture afin de briser la barrière de la différence, instruire et intégrer. Elle met en place des projets s’adressant à toute sorte de public et facilite les interactions entre les différentes cultures. Consciente de ce pouvoir hors-du-commun garant d’une harmonie et d’une cohabitation plus aisée, Sylvie Laroche insiste sur les nombreux débouchés qu’elle offre au terme d’une formation.

La médiation culturelle nécessite un minimum de 3 ans d’études après le BAC et vise à assurer au plus grand nombre l’accès à la culture. Le médiateur culturel peut à partir de ce moment exercer son activité dans tous les lieux de patrimoine et d’art qui permettent de découvrir des œuvres de culture. Cela inclut les musées, les galeries d’art, les bibliothèques, les organismes sociaux-culturels, mais aussi les entreprises.

Les métiers du médiateur culturel s’axent aussi bien sur l’administration, la gestion, que la communication ou le management. Ainsi, il peut être chargé des publics, ce qui consiste à faire le lien entre le public et une structure culturelle en analysant les attentes de ce dernier. L’attaché de presse culturel est également l’un des débouchés. Ce professionnel a pour mission de faire connaître une entreprise en assurant sa visibilité et son image dans les médias. Le chargé de projets culturels quant à lui gère la programmation d’événements culturels en servant d’interlocuteur avec les artistes. Enfin, le chargé de production élabore des projets et s’assure de leur mise en place en gérant l’aspect artistique, mais aussi budgétaire.