conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Dislocations : définition, cause, symptômes, traitement

Il y a dislocation lorsque des os généralement réunis au niveau d’une articulation se séparent les uns des autres. Diverses articulations du corps sont susceptibles de se disloquer, y compris le genou, la hanche, la cheville ou l’épaule.

La dislocation impliquant que l’os ne se trouve plus là où il doit être, il est impératif de traiter en urgence et de consulter dans les meilleurs délais. En l’absence de traitement, la dislocation peut provoquer des dommages aux ligaments, aux nerfs et aux vaisseaux sanguins.

Causes

La dislocation se produit généralement du fait d’un impact inattendu ou déséquilibré sur une articulation. Cette condition peut être due à une chute ou à un coup brutal sur la zone affectée. Après une première dislocation, l’articulation touchée présente un risque plus élevé de subir d’autres dislocations à l’avenir.

Risques

Il y a toujours un risque de dislocation ou autre type de traumatisme en cas de chute. Cependant, les personnes âgées présentent un risque plus élevé, en particulier si elles manquent de mobilité ou si elles sont moins protégées des chutes.

En l’absence de surveillance ou s’ils jouent dans un espace non protégé, les enfants peuvent également présenter un risque plus élevé de dislocations. Les personnes ayant des comportements dangereux dans le cadre d’activités physiques s’exposent elles-mêmes à un risque plus élevé d’accidents, notamment à des dislocations.

En cas d’antécédent de dislocation, la zone affectée est susceptible de devenir plus vulnérable à l’avenir.

Symptômes

Dans la plupart des cas de figure, la dislocation est clairement apparente. La zone pourra sembler enflée ou couverte d’ecchymoses. Elle paraîtra éventuellement rouge ou décolorée. Du fait de la dislocation, l’articulation pourra revêtir une forme étrange.

Au nombre des symptômes associés à une dislocation d’articulation :

  • perte de mobilité ;
  • douleur lors des mouvements ;
  • engourdissement autour de la zone ;
  • sensation de picotements.

Diagnostic

Il pourra éventuellement s’avérer difficile de déterminer si l’os est cassé ou simplement disloqué. Consultez un médecin dans les meilleurs délais.

Le médecin va éventuellement manipuler la zone affectée pour vérifier votre amplitude de mouvement. S’il existe un soupçon de fracture, il ou elle pourra prescrire un IRM ou une radio. Ces appareils d’imagerie permettront à votre médecin de voir exactement ce qui se passe dans votre articulation.

Traitement

La solution de traitement choisie va dépendre de l’articulation affectée. Elle dépendra aussi éventuellement de la gravité de la dislocation. Selon la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins (Johns Hopkins University), le traitement initial d’une dislocation implique : repos, application de glace, compression et élévation. Dans certains cas, l’articulation disloquée pourra éventuellement se remettre naturellement en place après ce traitement (Johns Hopkins).

Si l’articulation ne revient pas à la normale naturellement, le médecin pourra faire appel à l’un des traitements suivants :

  • manipulation ou repositionnement ;
  • immobilisation ;
  • traitement médicamenteux ;
  • rééducation.

Manipulation

Dans le cadre de cette méthode, le médecin va manipuler ou repositionner l’articulation pour la remettre en place. Un sédatif ou un agent anesthésique vous sera administré pour vous soulager, ainsi que pour permettre aux muscles autour de l’articulation de se détendre, ce qui facilite la procédure.

Immobilisation

Une fois votre articulation revenue en place, le médecin pourra vous demander de porter une attelle ou écharpe pendant plusieurs semaines. L’articulation sera immobilisée et la zone pourra ainsi guérir complètement. La durée requise de l’immobilisation pourra varier, en fonction de l’emplacement de la blessure et de sa gravité.

Traitements médicamenteux

L’essentiel de la douleur devrait essentiellement s’estomper dès que l’articulation revient en place. Le médecin peut cependant prescrire un antalgique ou un myorelaxant (relaxant musculaire) si la douleur persiste.

Chirurgie

Une intervention chirurgicale devra être pratiquée uniquement si la dislocation a endommagé les nerfs ou vaisseaux sanguins, ou si le médecin ne parvient pas à rétablir l’articulation. L’intervention pourra également s’avérer nécessaire en cas de dislocations répétées sur une même articulation, par exemple à l’épaule.

Rééducation

La rééducation peut commencer dès lors que l’articulation est remise en place et que, le cas échéant, l’écharpe ou l’attelle peut être retirée. Le médecin va mettre au point avec vous un programme de rééducation adapté à vos besoins. L’objectif de la rééducation est de renforcer progressivement la résistance de l’articulation et de lui redonner son amplitude de mouvement. N’oubliez pas : il est important de progresser lentement, afin d’éviter de se blesser de nouveau avant une guérison complète.

Rétablissement

Le délai de guérison est fonction de chaque cas individuel. La plupart des personnes se remettent complètement d’une dislocation dans un délai de quelques semaines. Pour certaines articulations, la hanche, par exemple, il faudra parfois plusieurs mois avant d’obtenir une guérison complète.

Si la dislocation est traitée immédiatement, les risques de lésion permanente seront réduits. Il est cependant important de ne pas perdre de vue que cette zone sera plus faible et qu’elle présentera à l’avenir un risque plus important de dislocation.

La guérison prendra également plus longtemps si les vaisseaux sanguins ou les nerfs ont été endommagés par la dislocation.

Si la dislocation est grave ou qu’elle n’est pas traitée à temps, des problèmes permanents pourront intervenir (douleur persistante ou nécroses localisées des os autour de l’articulation).

Prévention

La simple pratique de comportements sûrs permet de prévenir les risques de dislocation. Les modes de prévention varient en fonction de la tranche d’âge. Un certain nombre de conseils généraux de prévention des dislocations sont notamment les suivants :

  • Penser à utiliser la rampe pour monter et descendre des escaliers.
  • Toujours avoir une trousse de premier secours à proximité.
  • Utiliser des tapis antidérapants sur les sols humides, les salles de bains, par exemple.
  • Ne pas laisser traîner de câbles électriques sur le sol.

Pour éviter les risques de dislocations chez les enfants, pensez à respecter les règles suivantes :

  • Enseigner aux enfants des comportements sûrs.
  • Surveiller et superviser les enfants comme nécessaire.
  • Veiller à ce que la maison soit sûre et sans risques pour les enfants.
  • Placer des barrières en haut des escaliers pour éviter les risques de chute.

Si vous êtes adulte et que vous souhaitez vous protéger des risques de dislocations :

  • portez des équipements ou vêtements de protection lorsque vous pratiquez une activité physique, un sport, par exemple.
  • Enlevez les descentes de lits qui vont glisser sur le parquet pour les remplacer par des tapis antidérapants ou moquettes.
  • Évitez de vous tenir debout sur des objets instables, tels que des chaises, par exemple.

A lire aussi

Escarre : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Plus compliqué qu’un simple trou dans l’estomac : Abcès abdominal

Irene

Le programme myNea concerne les maternités privées de ce groupe

Journal