conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

La vérité sur les compléments alimentaires en musculation

Notez cet article

Même si de plus en plus de personnes prennent aujourd’hui des compléments alimentaires, que ce soit dans la pratique d’un sport, pour soulager un problème temporaire comme une soudaine fatigue, ou pour d’autres raisons, il en est encore beaucoup pour penser que cela n’est pas franchement très, très naturel. Dans la pratique de la musculation notamment, pour peu que vous ayez des résultats corrects, certains pratiquants n’hésiteront pas une seconde à attribuer tout votre mérite à… votre pot de protéines. Évidemment, si eux prenaient autant de « trucs » que vous, nul doute qu’ils vous feraient passer pour un débutant au bout de quelques semaines…

Cet article n’a pas pour but de vous aider à trouver comment répondre à ce genre d’individus (car très franchement, je n’ai pas encore trouvé moi-même !) Mais il fallait quand même que je l’écrive pour combattre quelques idées reçues qui reviennent trop souvent à mes oreilles.

Manger équilibré, ça suffit amplement.

Ceux qui disent ça ont… en partie raison. Je dirais même que se soucier de quoi prendre comme compléments, et à quel moment, n’a pas de sens dans la mesure où votre diète ne tient pas la route. Imaginez, les aliments solides sont comme une bonne douche bien chaude après une séance de sport (si vous l’aimez froide, ça passe aussi). Les compléments sont votre déodorant. S’asperger de haut en bas avec votre déo pour compenser la douche que vous n’avez pas le temps/pas l’envie de prendre limite la casse on va dire. Quoique, cela peut même être encore pire.

Prendre une douche est bien préférable. (Oui cet article traite en fait de l’hygiène corporelle, je vous ai bien eu !) L’idéal étant de se laver, et ensuite de mettre du déo.

Tout cela vous paraît logique ?

Très bien, expliquez moi alors pourquoi tant de pratiquants se soucient de ce qu’ils doivent prendre comme protéines en poudre avant ou après leur séance, mais se goinfrent de croissants au petit déjeuner, mangent au mcdo du coin entre midi, et terminent par une pizza margarita au feu de bois (ou pas) le soir ?

De plus, même avec une alimentation adaptée, il est toujours difficile (en fait disons le d’ores-et-déjà, histoire de tuer tout suspense : c’est même impossible) d’avoir tous les nutriments et minéraux dont vous avez besoin. Ou peut-être avez-vous l’intention de vous infliger plusieurs kilos de poisson par jour pour avoir assez d’oméga 3 ? De boire 8 ou 9 litres d’eau afin de ne pas manquer de magnésium ? Etc. Tout ceci nous amène au point suivant :

Les protéines ne sont pas le seul complément pour la musculation

Vous savez quoi ? Si je devais retirer de la liste des compléments alimentaires que je prends un élément, et un seul, ce serait… les protéines en poudre !

Eh oui, certains ont l’air de s’imaginer que leur progression ne tient qu’à ça. Pour autant, c’est peut-être le complément le plus facile à remplacer. Alors évidemment, les poudres ont un côté pratique indéniable. Se trimballer l’après-midi en ville avec vos amis, avec dans le sac vos 200g de blanc de poulet, il y a plus glamour. Un shaker passera certainement mieux à ce moment là.

Après votre séance, même si la whey (protéines rapides) semble faire l’unanimité et que vous ne pourrez pas la trouver seule comme cela dans l’alimentation, prendre un repas solide peut tout à fait faire l’affaire.

Quant aux 20, 30 ou 40g de whey que vous devriez vous dépêcher d’ingurgiter le matin au réveil pour ne pas fondre comme neige au soleil, sachez que votre corps peut parfaitement attendre votre petit-déjeuner. Avec une source de protéines comme des œufs par exemple.

Et tant qu’on y est, ne vous sentez pas obligé d’avoir votre dose de caséine (protéines lentes) comme rituel avant de vous coucher, pour être sûr de ne pas perdre tout le fruit de vos efforts pendant la nuit. Non seulement vous survivrez, mais vos muscles réagiront même encore mieux le reste du temps aux protéines que vous leur apportez.

Bon, j’arrête là les exemples car je ne cherche pas non plus à diaboliser les protéines en poudre en particulier. J’avais juste pour but de vous faire comprendre, et j’espère que maintenant c’est fait, que ce n’est pas LE complément indispensable à votre évolution physique.

J’en prends moi-même car, encore une fois, c’est réellement pratique, mais les premières années où je ne le faisais pas ne m’ont pas empêché de progresser.

Avoir une source de glucides pendant sa séance est également important (et on oublie la banane s’il-vous-plaît…), surveiller ses apports en oméga 3, en magnésium, en vitamine D…

Bon je ne vais pas tous les lister ni rentrer dans le détail car ce n’est pas le sujet de cet article. Mais arrêtez de vénérer le sacro-saint pot de prots exposé dans la petite armoire en verre à l’accueil de votre salle de sport.

Musculation et mentalité cheap

La transition fait un peu téléphonée, mais elle me permet de passer au point suivant qui est celui de la mentalité. Si vous ouvrez un dictionnaire, et que vous recherchez le mot « dopage », vous tomberez très certainement sur une définition du genre «le fait de prendre des substances interdites dans le but d’augmenter artificiellement ses performances »

Selon moi, on peut très bien avoir une mentalité de dopé sans en être un pour autant, chimiquement parlant. Celui qui prend des protéines en poudre en s’imaginant que cela l’aide d’une manière réellement conséquente, et qu’il perdra tout s’il arrête, ne raisonne guère différemment que s’il prenait vraiment des substances non autorisées.

A partir du moment où vous savez ce que sont les protéines que vous achetez, en magasin de sport ou sur internet – c’est-à-dire en gros du lait en poudre, ainsi qu’il en existe depuis des dizaines d’années, dans lequel on aura enlevé au maximum lipides et glucides – vous savez que vos performances ne sont pas dues qu’à cela, et heureusement !

Pour autant, vous devez comprendre qu’en tant que sportif, vous n’avez pas les mêmes besoins que Monsieur et Madame Tout-le-monde.

Mais le fait de prendre des compléments alimentaires et d’avoir une alimentation adaptées ne font pas de vous quelqu’un qui a des avantages sur les autres. En réalité, ce sont plutôt ceux qui ne font pas du tout attention à leur hygiène de vie qui, eux, partent avec un handicap. Vous saisissez la nuance ?

De plus, surveiller votre diète, la compléter intelligemment par des compléments adaptés à votre cas, tout cela vous aidera à progressera à terme d’une part.

Mais d’autre part, vous ressentirez également un mieux-être dans la vie de tous les jours.

Et sur le long terme là, vous mettez toutes les chances de votre côté pour passer une retraite plus agréable que tous vos amis qui auront « profité de la vie parce qu’on en a qu’une » et qui paieront les excès effectués durant les années passées.

Alors ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je caricature évidemment. Car je ne vous conseille pas non plus de vivre comme un moine dans son monastère, mais simplement de faire attention et de savoir garder un équilibre.

Pour ce qui est de la retraite, je vais effectivement chercher loin ; de cette façon vous pouvez voir que l’hygiène de vie n’est pas destinée qu’à faire de vous un homme mieux dans ses baskets et plus séduisant, ce qui est déjà pas mal, mais que cela a aussi un réel impact sur votre santé globale.

Naturel, vraiment ?

« Ok, ce n’est peut-être pas du dopage à proprement parler, vous dites-vous. Mais est-ce pour autant vraiment naturel ? Je veux dire, ces poudres, ces cachets, ça fait quand même un peu bizarre. »

Admettez que ça passe tout de même mieux que sous forme de suppositoires. Ensuite, les raviolis que vous achetez en boîte de conserve ne poussent pas dans les arbres. Pas plus que les frites au milieu des mauvaises herbes. La notion de naturel est donc toute relative, particulièrement à notre époque où les aliments sont blindés d’édulcorants et autres conservateurs.

On m’a également déjà rétorqué quelques fois : « Oui mais avant ils faisaient comment quand il n’y avait pas de cachets de vitamine C par exemple, hein ? » (avec un petit regard genre ah-tu-sais-plus-quoi-dire)

Comme si tout avait toujours été rose dans l’histoire – alimentaire – de l’humanité.

Eh bien, je dirais que les marins atteints par le scorbut auraient bien aimé avoir ces cachets de vitamine C sous la main je crois… C’est évidemment un exemple parmi d’autres…

Pour finir, ne vous prenez pas trop la tête les premières années où vous commencerez la pratique de la musculation. Tant que vous n’avez pas des performances et un physique un minimum développés, inutile de vouloir avoir la diète d’un champion olympique.

D’une part car vous risquez de vous couper vraiment trop des autres, et cela serait quand même le comble pour un sport qui est censé vous aider dans votre développement personnel. Il est préférable de faire les choses par étapes. Et également pour la simple et bonne raison que vous n’en êtes pas encore au point où chaque détail compte !

Quand vous serez en train d’acquérir petit à petit le corps que vous désirez, croyez-moi, vous ferez attention de vous-même. Vous en aurez besoin de toute manière car il deviendra plus difficile de progresser à ce moment là. Et la différence se fera alors vraiment au niveau de votre diète.

Cela vous amènera aussi à vous soucier davantage de votre santé et au final, ce sera vraiment tout bénef pour vous, comme on dit.

A lire aussi

Quand contacter un médecin de garde ?

Journal

Comment choisir une assurance dentaire ?

Claude

Le programme myNea concerne les maternités privées de ce groupe

Journal