conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Artériogramme : définition, cause, symptômes, traitement

Un artériogramme est une procédure permettant d’obtenir une image de vos artères. Le médecin va utiliser un colorant (appelé milieu de contraste ) et réaliser des radiographies dans le but d’observer l’écoulement du flux sanguin dans vos artères et de déceler d’éventuels blocages.

Cette procédure, également appelée artériogramme, peut être pratiquée sur diverses parties du corps. Les termes artériogramme et angiogramme (ainsi que les noms liés artériographie et angiographie ) ne sont pas spécifiques à une partie spécifique du corps. Ils désignent simplement une méthode spécifique d’observation de vos artères.

Le(s) mot(s) suivants artériogramme ou angiogramme indiquent la partie du corps sur laquelle porte le test. Un artériogramme aortique consiste, par exemple, à observer l’écoulement du flux sanguin par l’aorte.

Types

Cette liste des divers types d’artériogrammes, dressée par les instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH), peut vous indiquer l’ampleur de l’utilisation de cette procédure. Les informations entre parenthèses suivant chaque catégorie indiquent la partie concernée du corps (NIH) :

  • angiographie aortique (aorte) ;
  • angiographie cérébrale (cerveau) ;
  • angiographie coronarienne (cœur) ;
  • artériographie des extrémités (extrémités ; bras, jambes, mains et/ou pieds) ;
  • angiofluorographie (parties de l’œil : la rétine et la choroïde) ;
  • angiographie pulmonaire (poumons) ;
  • artériographie rénale (reins).

Préparation

La préparation à votre artériogramme dépend de la partie du corps concernée. Votre médecin vous indiquera notamment si vous pouvez, ou non, boire avant le test. La durée de ce jeûne dépend du type d’artériogramme pratiqué.

Il est également important d’informer à l’avance votre médecin si vous prenez des médicaments car il est possible que vous deviez cesser de prendre ceux qui peuvent affecter la coagulation sanguine, tels que l’aspirine et les anticoagulants. Il est également possible que vous deviez cesser de fumer avant la procédure.

Faites part à votre médecin de toutes vos allergies connues à des médicaments, aux fruits de mer, à l’iode ou aux milieux de contraste radiographiques. Informez également votre médecin de tous antécédents médicaux en matière de coagulation sanguine. N’oubliez pas de prévenir votre médecin si vous êtes enceinte.

Interventions

Les détails de la procédure dépendent de la partie du corps concernée. Pour un angiogramme cérébral, votre tête sera par exemple maintenue en place dans le but de générer une image claire lors de la procédure.

De manière générale, la procédure est similaire à de multiples égards. Il est possible qu’un sédatif vous soit proposé. Pour la suite de la procédure, vous serez allongé(e) ou assis(e).

Un médecin va insérer un cathéter dans une veine ou une artère, en général, dans la jambe. Le médecin pourra devoir guider ce cathéter dans vos vaisseaux sanguins pour atteindre la région voulue. Il va injecter le milieu de contraste dans le cathéter. Le colorant se diffuse dans les artères en environnantes.

Le médecin va utiliser des images radiographiques pour suivre la diffusion du colorant dans les artères. Cette procédure contribue à faire apparaître les blocages. La procédure peut également montrer des dommages ou rétrécissements artériels.

Le cathéter se trouvera déjà à proximité de tout blocage susceptible d’être identifié, de sorte que votre médecin pourra s’en servir pour remédier au problème lors de la procédure. Le médecin pourra alors, par exemple, administrer un médicament par le cathéter afin de résorber un caillot sanguin.

Résultats

Un artériogramme peut aider les médecins à détecter diverses conditions et anomalies. Il s’agit notamment :

  • d’anévrismes ;
  • d’occlusions ;
  • d’hémorragies ;
  • d’inflammation ;
  • de rétrécissement de vaisseaux sanguins ;
  • de thrombose ;
  • de tumeur.

Votre médecin va se servir des résultats pour contribuer à déterminer la meilleure manière de traiter la pathologie dont vous êtes atteint(e).

Risques

Les risques généraux liés à un artériogramme sont notamment la douleur, les saignements, ainsi que, le cas échéant, une infection sur le site d’insertion d’un cathéter. Au nombre des autres risques généraux figurent une possible réaction allergique ou un dommage rénal imputable au colorant utilisé. Certains patients peuvent également développer des caillots sanguins ou subir des dommages au niveau des vaisseaux sanguins.

Des risques spécifiques associés aux divers types d’artériogramme peuvent s’ajouter à ces risques généraux. Ainsi, bien que le risque soit faible, une artériographie coronarienne peut entraîner une chute de tension, un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Selon les NIH, de graves complications liées à une angiographie coronarienne surviennent dans 500 à un sur 1 000 cas (NIH).

Suivi

Après le retrait du cathéter par le médecin, une pression doit être appliquée sur le site de l’insertion.

En fonction de la localisation du site de l’insertion et du type de l’artériogramme, il est possible que vous deviez vous allonger ou maintenir immobile une partie de votre corps pendant plusieurs heures après la procédure.

Votre médecin vous communiquera des instructions spécifiques en matière d’activité physique et de soin de la lésion. De manière générale, il est conseillé d’éviter toute activité physique énergique ou éprouvante durant une semaine. Vous devez également vous assurer que le site d’insertion est dûment pansé et demeure sec durant environ deux jours.

A lire aussi

Au-delà du pipi dans le gobelet : la cytologie des urines

Irene

Le programme myNea concerne les maternités privées de ce groupe

Journal

Les habitudes alimentaires à adopter pour protéger son cœur

Claude