conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Kystes de l’ovaire : définition, cause, symptômes, traitement

Les ovaires font partie de l’appareil reproductif de la femme. Ils sont situés dans la partie inférieure de l’abdomen des deux côtés de l’utérus. Les femmes ont deux ovaires qui produisent des ovules, ainsi que les hormones œstrogène et progestérone.

Parfois, une poche remplie de liquide appelé kyste se développe sur l’un des ovaires. De nombreux femmes développeront au moins un kyste au cours de leur vie. Dans la plupart de cas, les kystes ne sont pas pénibles et ne causent aucun symptôme.

Types

Il existe différents types de kystes de l’ovaire, tels que les kystes dermoïdes et les kystes endométrioïdes. Cependant, les kystes fonctionnels sont les kystes les plus fréquents. Les deux types de kystes fonctionnels sont les kystes folliculaires et les kystes du corpus luteum.

Kyste folliculaire

Pendant le cycle menstruel d’une femme, un ovule se développe dans une poche appelée follicule. Cette poche est située à l’intérieur des ovaires. Dans la plupart des cas, ce follicule ou cette poche s’ouvre et relâche un ovule. Toutefois, si le follicule ne s’ouvre pas, le liquide contenu dans le follicule peut former un kyste sur l’ovaire.

Kystes du corpus luteum

Typiquement, les follicules se dissolvent après avoir relâché un ovule. Cependant, si la poche ne se dissout pas et si l’ouverture du follicule se bouche, du liquide additionnel peut se développer à l’intérieur de la poche, et cette accumulation de liquide cause un kyste.

Autres types de kystes de l’ovaire :

  • kystes dermoïdes : bosses ressemblant à des poches sur les ovaires pouvant contenir des poils, de la graisse et d’autres tissus
  • cystadénomes : tumeurs non cancéreuses pouvant se développer sur la surface extérieure des ovaires
  • endométriomes : des tissus se développant normalement à l’intérieur de l’utérus peuvent se développer à l’extérieur de l’utérus et s’attacher aux ovaires, ce qui produit un kyste.

Certaines femmes développent une pathologie appelée syndrome de Stein-Leventhal. Dans cette pathologie, les ovaires contiennent un grand nombre de petits kystes. En conséquence, les ovaires peuvent s’agrandir et, si aucun traitement n’est administré, les ovaires polykystiques peuvent causer des problèmes d’infertilité.

Symptômes

Souvent, les kystes de l’ovaire ne causent aucun symptôme. Toutefois, certains symptômes peuvent apparaître au fur et à mesure de la croissance d’un kyste. Il s’agit notamment de :

  • gonflement abdominal
  • défécation pénible
  • douleurs pelvienne avant ou pendant le cycle menstruel
  • rapports douloureux
  • douleurs dans le bas du dos ou les cuisses
  • sein tendre
  • nausées et vomissements

Symptômes graves d’un kyste de l’ovaire nécessitant une attention médicale immédiate :

  • douleurs aiguës ou sévères au pelvis
  • fièvre
  • vertiges ou évanouissements
  • respiration rapide

Ces symptômes peuvent indiquer la rupture d’un kyste ou une torsion ovarienne. Ces deux complications peuvent avoir des conséquences graves si elles ne sont pas traitées tôt.

Complications

La plupart des kystes de l’ovaire sont bénins et disparaissent naturellement sans traitement. Ces kystes ne causent aucun symptôme, ou très peu. Néanmoins, dans des cas très rares, votre médecin peut détecter une masse kystique cancéreuse sur l’ovaire pendant un examen de routine.

Une torsion ovarienne est une autre complication rare des kystes de l’ovaire. Dans ce cas, un grand kyste cause la torsion d’un ovaire ou son déplacement. L’ovaire n’est alors plus alimenté en sang et, s’il n’est pas traité, le tissu de l’ovaire peut être endommagé ou détruit. Bien qu’elle ne soit pas très fréquente, la torsion ovarienne représente près de trois pour cent des interventions chirurgicales d’urgence dans le domaine gynécologique.

La rupture de kystes, qui est également très rare, peut causer des douleurs intenses et des saignements internes. Cette complication augmente votre risque d’infection et peut engager le pronostic vital si elle n’est pas traitée.

Diagnostic d’un kyste de l’ovaire | Diagnostic

Votre médecin peut détecter un kyste de l’ovaire pendant un examen de routine du pelvis. Il peut remarquer un gonflement sur l’un de vos ovaires et prescrire une échographie pour confirmer la présence d’un kyste. Une échographie est un examen par imagerie qui utilise des ondes sonores à haute fréquence pour produire une image de vos organes internes. L’échographie aide à déterminer la taille, l’emplacement, la forme et la composition d’un kyste (remplie de liquide ou de matières solides).

Autres outils d’imagerie utilisés pour diagnostiquer des kystes de l’ovaire :

  • Tomodensitométrie : technique d’imagerie utilisée pour créer des images en coupe des organes internes
  • IRM : examen utilisant des champs magnétiques pour produire des images en profondeur des organes internes
  • Échographie : technique d’imagerie utilisée pour visualiser l’ovaire

Comme la majorité des kystes disparaissent après quelques semaines ou quelques mois, il est possible que votre médecin ne recommande pas immédiatement un traitement. Au lieu de cela, il pourra prescrire une nouvelle échographie quelques semaines ou quelques mois plus tard pour contrôler l’évolution du kyste.

Si son état n’a pas changé ou si sa taille a augmenté, votre médecin recommandera des examens additionnels pour déterminer si vos symptômes n’ont pas d’autres causes.

Il s’agit notamment des suivants :

  • test de grossesse : pour déterminer si vous êtes enceinte ou non
  • test de niveau hormonal : pour s’assurer qu’il n’existe pas de problème hormonal, comme trop d’œstrogène ou de progestérone
  • analyse de sang CA 125 : pour dépister un possible cancer des ovaires

Traitement

Si un kyste ne disparaît pas tout seul ou si sa taille augmente, votre médecin pourra recommander un traitement visant à réduire le kyste ou à l’enlever.

Pilules contraceptives

Si vous souffrez de kystes de l’ovaire récurrents, votre médecin peut prescrire des contraceptifs oraux pour arrêter l’ovulation et empêcher le développement de nouveaux kystes. Les contraceptifs oraux peuvent également réduire votre risque de cancer de l’ovaire. Le risque de cancer de l’ovaire est plus élevé chez les femmes après la ménopause.

Laparoscopie

Si votre kyste est petit et si un examen par imagerie écarte la présence de cancer, votre médecin peut effectuer une laparoscopie pour retirer chirurgiquement le kyste. Dans cette procédure, votre médecin réalise une incision minuscule près de votre nombril, puis il introduit un petit instrument dans votre abdomen pour retirer le kyste.

Laparotomie

Si vous avez un grand kyste, votre médecin peut retirer chirurgiquement le kyste en réalisant une grande incision dans votre abdomen. Votre médecin effectuera une biopsie immédiate, et s’il déermine que le kyste est cancéreux, il pourra réaliser une hystérectomie pour retirer vos ovaires et votre utérus.

Prévention

La prévention des kystes de l’ovaire est impossible. Cependant, des examens gynécologiques de routine peuvent détecter très tôt des kystes de l’ovaire. Les kystes bénins de l’ovaire ne deviennent pas cancéreux. Cependant, les symptômes du cancer de l’ovaire peuvent ressembler à ceux d’un kyste de l’ovaire. Il est donc important d’aller voir votre médecin pour recevoir un diagnostic correct. Alertez votre médecin si vous avez des symptômes pouvant indiquer un problème, par exemple :

  • changement du cycle menstruel
  • douleur durable dans le pelvis
  • perte d’appétit
  • perte de poids inexpliquée
  • impression de ballonnement abdominal

Pronostic

Le pronostic pour le kyste de l’ovaire chez les femmes avant la ménopause est bon, et la plupart des kystes disparaissent au bout de quelques mois. Cependant, des kystes récurrents de l’ovaire peuvent apparaître chez les femmes avant la ménopause et chez les femmes ayant des déséquilibres hormonaux.

S’ils ne sont pas traités, certains kystes peuvent réduire la fécondité. Ceci est notamment un problème pour les kystes de l’endométriome et pour le syndrome de Stein-Leventhal. Pour augmenter la fécondité, votre médecin peut retirer le kyste ou en réduire la taille. Les kystes fonctionnels, les kystadénomes et les kystes dermoïdes n’affectent pas la fécondité.

Bien que certains médecins adoptent une approche consistant à attendre pour juger l’évolution des kystes de l’ovaire, votre médecin peut recommander une intervention chirurgicale pour retirer et examiner un kyste ou une bosse qui se développe sur les ovaires après la ménopause. La raison en est que le risque de développement d’un kyste cancéreux et du cancer de l’ovaire augmente après la ménopause. Certains médecins retireront un kyste chez une femme avant ou après la ménopause s’il a plus de 10 cm de diamètre.

Les kystes de l’ovaire n’augmentent pas le risque de cancer de l’ovaire.

A lire aussi

Problèmes de mamelon : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Au-delà du pipi dans le gobelet : la cytologie des urines

Irene

Radiographie du thorax : définition, cause, symptômes, traitement

Irene