conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

L’hyperparathyroïdie primaire : définition, cause, symptômes, traitement

Les glandes parathyroïdes sont composées de quatre petites glandes situées près ou à l’arrière de la glande thyroïde sous la pomme d’Adam. Elles sécrètent l’hormone parathyroïdienne (PTH).

Bien que ce soit les glandes parathyroïdes qui contrôlent les taux de calcium, de phosphore et de vitamine D dans le corps, le principal élément déclencheur de la libération ou de la production de PTH est le taux de calcium dans le sang. La PTH participe à la régulation du taux de calcium dans le corps. Si votre taux de calcium diminue trop, la PTH permet d’en rajouter dans votre sang. Pour cela, elle augmente la réabsorption de calcium dans les intestins, diminue la quantité de calcium éliminé dans les urines et tire du calcium des os.

Les glandes parathyroïdes sont habituellement très petites. Elles font généralement à peu près la taille d’un seul grain de riz. Il peut néanmoins arriver à l’une ou à plusieurs d’entre elles de s’élargir. A ce moment, elles produisent trop de PTH. Dans d’autres cas, une grosseur au niveau de l’une de ces glandes peut provoquer une augmentation de la sécrétion de PTH.

Une sécrétion trop élevée de PTH conduit à un taux trop élevé de calcium dans le sang. Cette pathologie s’appelle l’hypercalcémie. Elle peut entraîner une multitude de symptômes, notamment :

  • des mictions fréquentes,
  • des problèmes d’estomac,
  • un état de confusion,
  • une fatigue.

Causes

L’hyperparathyroïdie primaire survient lorsque vos glandes parathyroïdes sécrètent trop de PTH.

Cela peut survenir si vous avez un adénome, c’est-à-dire une tumeur bénigne, au niveau de l’une de ces glandes. Ces tumeurs constituent la cause la plus fréquente de l’apparition de l’hyperparathyroïdie primaire.

Dans d’autres cas, l’élargissement d’au moins deux des glandes parathyroïdes peut entraîner cette pathologie. Bien souvent, les médecins ne comprennent pas ce qui provoque cet élargissement.

Dans de rares cas, le cancer parathyroïdien peut en être à l’origine. Ces tumeurs peuvent provoquer une hyperparathyroïdie.

Symptômes

L’hyperparathyroïdie primaire n’est souvent accompagnée d’aucun symptôme. Dans d’autres cas, les symptômes présents peuvent être très modérés. Selon Harvard Health, 80 pour cent des personnes atteintes d’hyperparathyroïdie primaire ne présentent aucun symptôme. (Havard Health) L’hyperparathyroïdie primaire semble être plus courante chez les femmes ménopausées et il y a de plus en plus de recherches concernant l’association de tension artérielle élevée, de pancréatite et de lithiase biliaire. (International Journal of Endocrinology)

Si des symptômes se manifestent, ils ne sont souvent pas caractéristiques. Cela signifie qu’ils ne sont pas propres à cette pathologie. Vous pourriez par exemple souffrir :

  • d’une faiblesse musculaire,
  • d’une léthargie,
  • d’une fatigue,
  • de douleurs au niveau des muscles,
  • d’une dépression.

Si votre pathologie est plus grave, vous pourriez également présenter :

  • des calculs rénaux dus à une augmentation du taux de calcium,
  • des mictions fréquentes,
  • des douleurs abdominales (estomac),
  • des nausées et des vomissements,
  • un état de confusion
  • des troubles de la mémoire,
  • une altération de la personnalité,
  • une constipation,
  • un amincissement des os et des factures
  • un coma (rare).

Diagnostic

L’hyperparathyroïdie primaire est généralement diagnostiquée au moyen d’analyses sanguines. Les signes de cette pathologie incluent notamment :

  • un taux élevé de PTH,
  • un taux élevé de calcium dans le sang,
  • un taux élevé de phosphatase alcaline (une protéine présente dans les os et le foie),
  • un faible taux de phosphore.

Si cette maladie est suspectée, votre médecin vérifiera certainement votre densité osseuse. Le fait d’avoir un taux de PTH trop élevé augmente le taux de calcium dans le sang. Votre corps tire ce calcium de vos os. La réalisation de radiographies peut permettre à votre médecin d’identifier d’éventuels problèmes osseux, tels que des fractures et un amincissement.

Traitement

La sévérité de l’hyperparathyroïdie primaire varie sensiblement. Il n’existe pas un traitement unique adapté à tous les cas. Votre médecin vous consultera afin de déterminer quel sera le meilleur traitement pour votre cas spécifique.

Si vous ne présentez aucun symptôme, vous pourriez ne pas nécessiter de traitement immédiat. A la place, votre médecin pourrait simplement vous surveiller pour s’assurer que votre état n’empire pas. Cela dépend néanmoins de votre taux de calcium, de si vous présentez des signes de dysfonctionnement rénal, de perte osseuse ou de si vous avez commencé à souffrir de calculs rénaux. Si, en revanche, vous avez besoin de suivre un traitement, il n’est pas toujours nécessaire d’avoir recours à la chirurgie. Parfois, le simple fait de boire davantage d’eau et de faire davantage d’exercice suffit. Vous pourriez devoir éviter de prendre certains médicaments, tels que les diurétiques qui sont souvent administrés pour soigner la tension artérielle élevée. Ces médicaments peuvent entraîner une augmentation du taux de calcium dans le sang.

Il existe des médicaments qui peuvent aider à diminuer votre taux de calcium et à améliorer la santé de vos os. Les bisphosphonates, tels que l’alendronate (Fosamax) diminuent le renouvellement des cellules osseuses. Le Cinacalcet (Sensipar) aide à réguler le taux de calcium dans le sang. Ils ne soignent néanmoins pas le problème parathyroïdien sous-jacent. L’œstrogénothérapie est prescrite chez les femmes ménopausées.

Il peut être nécessaire d’avoir recours à la chirurgie si votre taux de calcium excède d’au moins 1 mg/dL (milligramme par décilitre) la fourchette normale de 8,5-10,2 mg/dL, y compris sans autre symptôme. Vous pourriez également devoir subir une intervention chirurgicale si la densité de vos os présente un problème. (Harvard Health) La chirurgie est plus susceptible d’être pratiquée si vos symptômes sont sévères ou si vous avez moins de 50 ans.

A lire aussi

Les traitements de l’arthrose par la médecine non conventionnelle

Irene

Caryotypage : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Abcès rétro-pharyngien : définition, cause, symptômes, traitement

Irene