conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Hoquet : définition, cause, symptômes, traitement

Le hoquet est une série de contractions répétitives et incontrôlables du diaphragme, le muscle situé juste au-dessous des poumons marquant la limite entre la poitrine et l’abdomen. Le diaphragme régule la respiration. Quand il se contracte, les poumons reçoivent de l’oxygène, quand il se décontracte, les poumons libèrent du gaz carbonique.

Une contraction arythmique du diaphragme provoque le hoquet. Chaque spasme du diaphragme provoque la fermeture soudaine du larynx et des cordes vocales, ce qui résulte en un appel d’air précipité dans les poumons. Le corps réagit avec un halètement créant le son caractéristique du hoquet.

Le nom scientifique du hoquet est myoclonie phrénoglottique.

Apparition

Apparition

Il n’y a pas moyen d’anticiper le hoquet. Chaque spasme est généralement accompagné d’un léger resserrement de la poitrine ou de la gorge avant de produire le son distinctif du hoquet.

La plupart des épisodes de hoquet commencent et se terminent brusquement, sans raison discernable, et ne durent généralement que quelques minutes. Un hoquet qui dure plus de 48 heures est considéré comme persistant. Un hoquet qui dure plus de deux mois est considéré comme réfractaire, ou difficile à gérer.

Causes

De nombreuses causes du hoquet ont été identifiées. Cependant il n’existe pas de liste définitive de déclencheurs. Le hoquet va et vient souvent sans raison apparente.

Les causes les plus fréquentes du hoquet de courte durée incluent :

  • suralimentation
  • consommation d’aliments épicés
  • consommation d’alcool
  • consommation de boissons gazeuses, comme les sodas
  • consommation d’aliments très chauds ou très froids
  • changement soudain dans la température de l’air
  • excitation ou stress émotionnel
  • aérophagie (quand on avale trop d’air)

Un hoquet qui dure plus de 48 heures est classifié en fonction de l’irritant responsable de l’épisode. Dans certains cas, les épisodes peuvent durer plusieurs semaines. Un hoquet qui dure plus de deux mois est considéré comme réfractaire.

La majorité des hoquets persistants sont provoqués par une blessure ou une irritation affectant le nerf vague ou le nerf phrénique, qui contrôlent le mouvement du diaphragme. Ces nerfs peuvent être affectés par les problèmes suivants :

  • irritation du tympan pouvant être causée par un corps étranger
  • irritation ou un mal de gorge
  • goitre (hypertrophie de la thyroïde)
  • reflux gastro-œsophagien (remontée de l’acide gastrique dans l’œsophage)
  • tumeur ou kyste œsophagien

D’autres causes du hoquet peuvent être liées au système nerveux central (SNC), qui est constitué du cerveau et de la moelle épinière. Quand le SNC est endommagé, le corps peut perdre sa capacité de contrôler le hoquet. Citons comme lésions du SNC susceptibles d’entraîner un hoquet persistant :

  • accident vasculaire cérébral
  • sclérose en plaques (maladie nerveuse chronique)
  • tumeurs
  • méningite et encéphalite (infections pouvant provoquer une infiltration œdémateuse du cerveau)
  • traumatisme crânien ou lésion cérébrale
  • hydrocéphalie (accumulation de liquide dans le cerveau)
  • neurosyphilis et autres infections cérébrales

Un hoquet de longue durée peut aussi être causé par les facteurs suivants :

  • consommation d’alcool
  • tabagisme
  • réaction à l’anesthétique après une chirurgie
  • certaines classes de médicament, notamment les barbituriques, les stéroïdes et les tranquillisants
  • diabète
  • déséquilibre électrolytique
  • insuffisance rénale
  • malformation artério-veineuse (enchevêtrement pathologique des artères et des veines dans le cerveau)
  • chimiothérapie et traitements anti-cancéreux
  • maladie de Parkinson (maladie dégénérative du cerveau)

Parfois une intervention médicale peut accidentellement provoquer un hoquet de longue durée, notamment les interventions visant à traiter ou à diagnostiquer certaines maladies, y compris :

  • utilisation de cathéters pour accéder au muscle cardiaque
  • placement d’un stent œsophagien pour soutenir l’œsophage en position ouverte
  • bronchoscopie, qui consiste à introduire un système optique dans les poumons
  • trachéotomie, qui consiste à pratiquer une ouverture chirurgicale dans le cou pour permettre la respiration en cas d’obstruction des voies aériennes

Risques

Le hoquet peut survenir à n’importe quel âge, même chez le fœtus. Cependant, plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque d’avoir le hoquet.

Vous pouvez y être plus susceptible si :

  • vous êtes un homme
  • vous avez des réactions émotionnelles ou mentales intenses, variant de l’anxiété à l’excitation
  • vous avez reçu une anesthésie générale pendant une chirurgie
  • vous avez subi une intervention chirurgicale, particulièrement abdominale

Traitement

Le plus souvent, le hoquet n’est pas une urgence. Cependant, un épisode prolongé peut être inconfortable et perturber la vie quotidienne. Si votre hoquet dure plus de deux jours, contactez votre médecin. Il pourra déterminer la gravité du hoquet dans le contexte de votre état général de santé et d’autres conditions.

Il existe de nombreuses options pour traiter le hoquet. En règle générale, une crise de hoquet de courte durée se termine sans intervention. Mais quand elle dure plus de quelques minutes, l’inconfort est parfois trop pénible pour attendre qu’elle se passe d’elle-même.

Vous pouvez essayer les traitements suivants à domicile si vous avez le hoquet :

  • Respirez dans un sac en papier.
  • Mangez une cuillerée à café de sucre cristallisé.
  • Retenez votre souffle.
  • Buvez un verre d’eau froide.
  • Tirez sur votre langue.
  • Soulevez votre luette à l’aide d’une cuiller. La luette est le morceau de tissu charnu suspendu au-dessus de la partie postérieure de votre gorge
  • Essayez de haleter ou d’éructer sciemment.
  • Ramenez les genoux contre la poitrine et gardez cette position.
  • Essayez une manœuvre de Valsalva en retenant votre souffle et en laissant monter la pression pulmonaire.
  • Décontractez-vous et respirez lentement et de façon contrôlée.

Si vous avez toujours le hoquet après 48 heures, contactez votre médecin. Celui-ci pourra essayer le lavage gastrique (pompage d’estomac) ou le massage du sinus carotidien (massage de l’artère carotide principale, située dans le cou).

Si la cause du hoquet est incertaine, le médecin peut recommander des analyses qui aideront à détecter toute pathologie sous-jacente. Les analyses suivantes peuvent aider à déterminer la cause du hoquet persistant ou réfractaire :

  • analyses de sang pour identifier des signes d’infection, de diabète ou de maladie rénale
  • tests de la fonction hépatique
  • imagerie du diaphragme par radiographie thoracique, tomodensitométrie (TDM) ou résonnance magnétique (IRM)
  • échocardiographie pour évaluer la fonction cardiaque
  • endoscopie, qui utilise un tube mince éclairé muni d’une caméra à son extrémité pour explorer l’œsophage, la trachée, l’estomac et l’intestin
  • bronchoscopie, qui utilise un tube mince éclairé muni d’une caméra à son extrémité pour explorer les poumons et les voies respiratoires

Le traitement des causes sous-jacentes du hoquet le fera généralement disparaître. Quand un hoquet persistant n’a pas de cause évidente, plusieurs médicaments peuvent être prescrits, notamment :

  • chlorpromazine et halopéridol (antipsychotiques)
  • benzodiazépines (tranquillisants)
  • métoclopramide (médicament anti-nausée)
  • baclofène (relaxant musculaire)
  • nifédipine (antihypertenseur)
  • gabapentine et autres antiépileptiques

Il existe aussi des options plus invasives pour mettre fin à des cas de hoquet extrêmes. Notamment :

  • intubation nasogastrique (insertion d’un tube dans le nez jusqu’à l’estomac)
  • injection d’anesthésique pour bloquer le nerf phrénique
  • implantation chirurgicale d’un stimulateur diaphragmatique, un appareil à piles qui stimule le diaphragme et régule la respiration.

Conséquences

Conséquences

Un épisode de hoquet de longue durée peut être inconfortable et même nocif à la santé. En l’absence de traitement, un hoquet prolongé peut causer des troubles du sommeil et de l’alimentation menant aux problèmes suivants :

  • insomnie
  • épuisement
  • malnutrition
  • perte de poids
  • déshydratation

Prévention

Il n’existe aucune méthode éprouvée pour prévenir le hoquet. Cependant, en cas de hoquet fréquent, vous pouvez essayer de réduire votre exposition à des déclencheurs connus.

Les mesures suivantes peuvent aider à réduire votre susceptibilité au hoquet :

  • Ne mangez pas trop.
  • Évitez les boissons gazeuses.
  • Protégez-vous contre les changements soudains de température.
  • Ne buvez pas d’alcool.
  • Restez calme, et essayez d’éviter les réactions émotionnelles ou physiques intenses.

A lire aussi

c : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Tomodensitométrie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’hyperparathyroïdie primaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene