conseils-et-astuces.fr
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Test au Tensilon : définition, cause, symptômes, traitement

L’acétylcholine est un neurotransmetteur chimique libéré par les cellules nerveuses pour stimuler les muscles. Les personnes atteintes d’une maladie chronique appelée myasthénie ne réagissent pas de façon normale à l’acétylcholine. Les anticorps attaquent les récepteurs de l’acétylcholine, ce qui empêche les muscles d’être stimulés et les affaiblit.

Le test au Tensilon s’appuie sur un médicament appelé Tensilon (nom générique : chlorure d’édrophonium) pour pouvoir diagnostiquer la myasthénie auto-immune. Le Tensilon empêche la destruction de l’acétylcholine, ce qui permet alors de stimuler les muscles. Une personne se verra confirmer le diagnostic d’une myasthénie auto-immune si ses muscles se renforcent après l’injection de Tensilon.

Utilisation

Le médecin peut prescrire un test au Tensilon s’il suspecte une myasthénie auto-immune. Le test peut également être prescrit pour contrôler le dosage du Tensilon ou d’un autre anticholinestérasique si le diagnostic a déjà été établi. Les médicaments anticholinestérasiques agissent en empêchant la destruction de l’acétylcholine chez les personnes atteintes d’une myasthénie auto-immune.

Les symptômes traduisant une aggravation de la maladie ou un surdosage du médicament sont une respiration difficile et une extrême faiblesse des muscles. Le test au Tensilon aide le médecin à déterminer le traitement approprié.

Intervention

Le médecin pourra interdire certains aliments ou demander au patient d’interrompre la prise de certains médicaments ou suppléments avant le test. Il faudra donc indiquer au médecin la totalité des traitements en cours, y compris ceux à base de plantes. Certains d’entre eux peuvent interférer avec les résultats du test.

L’étape préalable du test est la pose d’une voie intraveineuse (IV) dans le bras ou le dos de la main. Une petite quantité de Tensilon est ensuite injectée. Une impression d’inconfort au niveau de l’estomac ou une accélération du rythme cardiaque peut se faire ressentir. Selon la raison pour laquelle le test est réalisé, le processus différera.

Diagnostic de la myasthénie auto-immune

Si le médecin suspecte une myasthénie auto-immune, il demandera au patient d’effectuer des mouvements répétitifs pour pouvoir tester les muscles. Il pourra notamment s’agir :

  • de se lever et se rasseoir sur une chaise
  • de croiser et décroiser les jambes
  • de maintenir le bras au-dessus de la tête jusqu’à ce qu’il se fatigue
  • de compter à rebours depuis le chiffre 100 jusqu’à ce que la voix commence à faiblir

Chaque fois que le patient se sent fatigué, une nouvelle dose de Tensilon lui sera administrée. Jusqu’à trois ou quatre injections sont possibles. Le médecin ou l’infirmière guettera d’éventuels phénomènes de renforcement musculaire consécutifs aux injections. S’ils se manifestent, une myasthénie auto-immune pourra être diagnostiquée. Le médecin peut également administrer un autre médicament anticholinestérasique appelé néostigmine (Prostigmine) pour confirmer le diagnostic.

Surdosage de Tensilon et progression de la maladie

Si le médecin doit trancher entre un surdosage de Tensilon et une aggravation de la maladie, il injectera une petite dose de Tensilon et observera les effets du médicament sur le patient. En fonction des résultats, un médicament additionnel (de la néostigmine ou de l’atropine) pourra être administré pour stabiliser le patient.

Chacune de ces procédures dure normalement de 15 à 30 minutes.

Résultats

Le médecin est généralement en mesure de communiquer les résultats du test sans attendre. En cas de diagnostic d’une myasthénie auto-immune, un traitement basé sur un anticholinestérase sera probablement prescrit. Toutefois, le médecin peut souhaiter procéder à des examens supplémentaires pour confirmer le diagnostic.

Dans le cas d’un arbitrage entre un surdosage de médicament et une aggravation de la maladie, le test permettra de trancher immédiatement. Si une injection de Tensilon augmente subitement les forces du patient, cela signifie que la myasthénie auto-immune s’est aggravée et qu’un traitement supplémentaire est nécessaire. Si l’injection de Tensilon affaiblit encore plus le malade, cela signifie qu’une dose trop importante d’anticholinestérase est présente dans l’organisme.

Les doses d’anticholinestérase doivent être prises en cas de besoin. Le dosage varie. En effet, les symptômes de la myasthénie auto-immune peuvent varier chaque jour en fonction de certains facteurs tels que le stress et le temps. Cela accroît le risque de surdosage. Une simple diminution du dosage ou de la fréquence d’administration devrait résoudre le problème en cas d’effets indésirables mineurs. Il sera en revanche nécessaire de voir un médecin en cas de :

  • faiblesse musculaire prononcée
  • difficultés pour déglutir
  • problèmes respiratoires

Risques

Le test au Tensilon est associé à un certain nombre d’effets indésirables courants. Heureusement, ces effets indésirables durent généralement moins d’une minute. Les effets indésirables incluent :

  • de la nausée
  • des désagréments au niveau de l’estomac
  • une vision brouillée
  • de la transpiration
  • une production salivaire excessive
  • des vertiges ou des évanouissements
  • des difficultés respiratoires
  • des secousses musculaires ou des clignements nerveux ou rapides incontrôlés

Si ces effets indésirables ne disparaissent pas, le médecin pourra administrer une injection d’atripone. Ce médicament inverse les effets du Tensilon.

Dans de rares cas, le test au Tensilon peut avoir des conséquences graves telles qu’une insuffisance respiratoire ou un rythme cardiaque anormal. C’est la raison pour laquelle le test est effectué dans une salle disposant d’un équipement de réanimation d’urgence.

Du sang peut aussi s’accumuler sous la peau à l’endroit où l’IV a été effectuée. Cette accumulation de sang coagulé est appelé hématome. On pourra appliquer de la glace à cet endroit si la taille de l’hématome entraîne une gêne. Il faudra opter pour une compresse chaude au bout de 24 heures. Cela contribuera à résorber l’hématome.

Les personnes affectées par un rythme cardiaque faible, de l’asthme, un rythme cardiaque irrégulier, une tension faible ou une obstruction des voies urinaires ou intestinales ne devraient pas être soumises à ce test. Le médecin pourra déconseiller le test au Tensilon en cas d’apnée du sommeil, un trouble se manifestant par des interruptions temporaires de la respiration.

A lire aussi

Les traitements de l’arthrose par la médecine non conventionnelle

Irene

Quand avoir recours à la labioplastie ?

Journal

Inflammation articulaire bactérienne : définition, cause, symptômes, traitement

Irene